Fin de la campagne GéoFLAMME

Publié le 1 octobre 2021 — Modifié le 4 octobre 2021

Afin de comprendre la crise volcanique majeure dont est soumis Mayotte depuis 2018, la campagne GéoFLAMME, coordonnée par l’Ifremer et l’IPGP, vient de se terminer.

L’île de Mayotte subit depuis mai 2018 une crise volcanique majeure, pendant laquelle de nombreux séismes de magnitude supérieure à 5 se produisent au large des côtes. Ces tremblements ont pour conséquence de déformer l’île à un taux record de 20 cm par an. Dans le but d’appréhender cette crise, l’Ifremer et IPGP (Institut de Physique du Globe de Paris) ont coordonné, aux côté du CNRS, du BRGM et de l’Université de Paris Saclay, la campagne scientifique GéoFLAMME, dédiée à la recherche scientifique sur le nouveau volcan sous-marin au large de Mayotte.

Cette campagne a eu pour missions de réaliser des observations et des prélèvements in-situ avec le ROV Victor 6000, des sondes, des dragues et des carottiers. Elle a eu également pour objectif de réaliser des analyses pétrologiques, chimiques et biochimiques de roches, de fluides purs et de la colonne d’eau. Ces données seront combinées à des cartographies haute résolution, des mosaïques et des reconstructions 3D des structures volcaniques, tectoniques et des sorties des fluides obtenus avec le ROV et l’AUV AsterX.